La Chorale Roanne Basket reçoit le SLUC Nancy ce dimanche à 17h à la Halle André-Vacheresse pour l’affiche de la 23e journée de ProB. Un choc entre les deux dauphins d’Orléans, qui ressemble à un tournant pour revenir à hauteur de l’OLB après sa défaite vendredi soir à Rouen. Après une défaite rageante à Paris, les hommes de Laurent Pluvy devront faire front pour espérer faire tomber une équipe lorraine en grande forme en 2019, qui s’est encore renforcée à l’intérieur avec un pivot référencé. Alors tous en blanc pour supporter votre équipe !

RÉSERVEZ VOS PLACES POUR CHORALE-NANCY SUR LA BILLETTERIE EN LIGNE

L’absence de Ferdinand Prénom est lourde de conséquence pour la Chorale : elle prive le collectif roannais d’un point de fixation qui possède peu d’équivalent dans le championnat. Ferdi a plus que bonifié le dernier finaliste des Playoffs d’Accession, la vie sans lui implique de revoir les schémas de jeu autant qu’elle invite les adversaires à en tirer profit pour faire déjouer l’ex leader de ProB. Pierre Brun apporte son énergie et ses qualités pour relayer Alexis Tanghe dans la raquette, mais c’est à chaque choralien de dépasser sa fonction pour conserver l’allure d’une équipe conquérante et ambitieuse. Cela n’a pas suffi à Paris, en raison d’une adresse des mauvais jours (26% à 3-points), mais le caractère a permis aux coéquipiers de Clément Cavallo de s’accrocher lorsque le bateau tanguait et que le club de la capitale menait de 15 points au cœur du 3e quart-temps, pour s’offrir une balle de match lors de l’ultime possession. Le dernier Chorale-Nancy à la Halle la saison dernière avait d’ailleurs épousé un scénario similaire, avec des Couguars qui menaient de 15 points avant le dernier quart canon de Roannais finalement victorieux (69-63).

L’armada lorraine en grande forme

L’adversaire n’est plus le même toutefois : le SLUC connait une année 2019 exceptionnelle avec neuf succès en dix matchs. Les arrivées des ex Choraliens Solo Diabaté et Cellus Sommerville ont eu leur effet, et c’est désormais un autre ancien pensionnaire de l’élite – le pivot international belge Khalid Boukichou – qui vient compléter un roster impressionnant, où l’expérience des John Cox, Mérédis Houmounou et Philippe Braud côtoie la qualité de la jeunesse formée au club incarnée par Bastien Vautier et Williams Narace, Enzo Goudou-Sinha étant absent (ménisque). Ajoutez à cela une gâchette comme Yunio Barrueta qui avait fait un carton à l’aller (20 pts à 5/7 à 3-points), et vous obtenez un épouvantail, certes freiné à Orléans dernièrement (défaite 82-71), mais relancé par une grosse claque infligée à… Paris (90-64).

Dans son passé, la Chorale a démontré sa capacité à combattre le sort, comme lorsqu’elle avait dominé Orléans en décembre malgré les forfaits de Mathis Keita et Matt Carlino, ou plus loin quand elle avait performé à Bercy face à une formation lorraine pourtant largement favorite… Cette affiche, cette salle, cette équipe : les ingrédients sont réunis pour assister à un grand spectacle et pourquoi pas à une belle surprise !